The Art of Miniatures
GalerieNewsLes ArtistesLes LivresPress BookTélévisionsContactsClips démoLivre d'OrBibliothéque
 

Pont « brigades du tigre »
Retour Galerie  Réalisation filmée du pont "brigades du tigre"

Pourquoi ce titre ? Simplement pour situer l’époque, en souvenir du président Clemenceau surnommé le « Tigre » et qui créa la première brigade rapide d’intervention motorisée avec les moyens d’investigation les plus modernes de l’époque sous l’appellation « brigade du tigre » et en souvenir aussi à ma série d’enfance que me rappelle cette création.
C’est après avoir construit un pont moderne à câbles suspendus, très réussi de par son volume, sa qualité et surtout son design, que j’ai finalement constaté que le style de celui-ci ne correspondait pas à mes attentes artistiques malgré le plaisir occasionné par sa réalisation. En clair, il me fallait un pont qui, lui, correspondrait mieux à mon classicisme « vieilles pierres ». Enfant, mon film préféré a été les « aristochats » : le décor des belles demeures anciennes était un régal pour mes yeux d’enfant et le pont ancien où les deux chiens apparaissaient était un rêve d’ambiance dans le décor qui me plaisait. Pour moi, les chats et tous les animaux disparaissaient au profit des décors à l’ancienne.

découpe des voûtes à la scie sauteuse

ponçage

fixation des transversales

Noël 2007 se profile avec la famille qui me rend visite d’où un appartement surchargé et la solution pour moi de me réfugier dans mon atelier. En fait, la scie, le rabot, la colle deviennent mes invités des fêtes de Noël. Une semaine seulement m’est nécessaire pour réaliser complètement le pont. Bien sûr mon neveu Mathieu (16 ans) a largement contribué à la peinture, qu’il en soit présentement remercié.
L’ajout de Ford T devient obligatoire et surtout pour moi le côté ancien de retrouver un peu de mon enfance. Le pont mesure 2m de long avec une largeur de 36,5cm  et une hauteur en son point culminant de 41cm .

La structure principale est en contreplaqué intérieur de 8mm. Les pierres apparentes du pont et les rebords bas des piliers du pont sont des chutes de carton blanc à pH neutre de 2.5mm d’épaisseur. Les voûtes du pont sont faites avec des chutes de contrecollé de 2.5mm d’épaisseur à pH neutre dont la qualité par rapport à un carton conventionnel réside en la compression du carton plus dure mais qui donne aussi plus de souplesse pour un pliage sans fracture, alors que d’autres cartons comme celui employé pour les pierres vous claquerait dans les mains. Le traçage des voûtes est réalisé avec un compas géant fabriqué avec une règle en carton percée d’un trou. A noter que seule la mine graphite (crayon à papier) est utilisée pour le traçage car le stylo et surtout le feutre sont ineffaçables et les traits ressortiront même si l’on met plusieurs couches de peinture.

ajout des pierres du pilier

le collage des pierres au pistolet à colle

en attente de peinture

Les deux planches sont sciées à la scie sauteuse avec une lame métal pour ne pas éclater le contreplaqué. Les deux plaques représentant les côtés sont d’abord fixées simplement par quatre clous pour qu’elles ne bougent pas à la découpe afin d’avoir une réplique parfaite des 2 pièces. Une barre en carrelet de pin brut de 10mm sur 2m de long est fixée sur les deux côtés intérieurs comme support principal du tablier. Les carrelets sont fixés à la colle à bois puis avec des agrafes de 15mm.
Le tablier est coupé en deux à l’endroit du milieu à 90° à l’emplacement du faîte. Bien sûr, il prend sa place avec de la colle à bois à prise rapide avant d’être agrafé. L’autre planche en contreplaqué de 8mm d’épaisseur et de 10cm x2mt est coupée à la scie à ruban sur toute sa longueur et en son centre à 5cm. Puis une section est faite à 1m, le centre du pont, car il est impossible de plier 8mm d’épaisseur (le 5mm à la rigueur ou du carton d’encadrement de 3mm d’épaisseur) mais nous devons retenir que celui-ci doit tenir plusieurs années. Puis viennent le collage et l’agrafage.

collage des bandeaux des piliers

masticage des trous de l'agrafeuse et des vis

Les deux extrémités du pont en contreplaqué de 8mm mesurant 26x36,5cm sont mises en place. Des carrelets de 10mm en pin sont coupés et collés au pied des piliers, au ras de l’eau afin de maintenir et soutenir l’écartement et pour éviter un fléchissement de la voûte à cet endroit très précis, le seul où le carton serait dans le vide. Un contre-collé (carton d’encadrement) est positionné avec souplesse sur les découpes. Bien sûr un filet de colle à bois est posé avant réception du carton qui est fixé ensuite à l’agrafeuse pneumatique tous les 2 cm. Un bandeau en carton blanc de 3mm ceinture l’ensemble des piliers sur une hauteur de 5cm. Des pierres de taille sont coupées à la règle acier avec un cutter dans le même carton, elles sont collées très facilement et immédiatement au pistolet à colle. Toutes les agrafes et pointages sont recouverts à la fine spatule d’un mastic mural blanc de rebouchage en tube.

ponçage parfait du mastic avant peinture couche de peinture sur les pierres

L’ensemble est recouvert de 2 couches de peinture acrylique blanc mat avec un léger ponçage après séchage de la première couche afin d’éliminer les dernières petites fibres du bois pour avoir une surface parfaitement lisse avant de passer la seconde couche. Pour les pierres, nous utilisons un pinceau de 8mm dit « brosse ». Bien appliquer au niveau de la jointure des pierres mais sans surcharge. La peinture acrylique est une résine qui nous vient des USA et elle me sert de mastic durcisseur pour le joint. Un dernier ponçage de sécurité et une couche de blanc mat d’apprêt égalise l’ensemble (une seule bombe suffit). Un cocktail de gris noir et jaune de peinture acrylique est préparé en super dilué dans un gobelet  plastique. Le jus est appliqué à la brosse de 8mm dans tous les angles, pierres et reliefs saillants de la façade. Puis le reste est fini à l’éponge qui dépose et essuie le surplus car celle-ci ramasse aussi le dépôt sur les parties saillantes où seuls les reliefs conservent notre patine, ce qui les fait ressortir.

 
Matthieu (16ans) à la peinture du pont et très fier de le soulever comme Superman à la bombe préparation du jus

A cette époque, les voûtes n’étaient pas réalisées avec un revêtement goudronneux d’où l’utilisation de pavés. Ma technique rapide est la même que celle utilisée dans l’abbaye royale Ste Christine. Une plaque de cartonnette de 0.8mm à pH neutre blanc (encadrement) est utilisée pour la reproduction des pavés. La cartonnette est découpée selon les mesures exactes des endroits qu’elle doit recouvrir. Un marquage est réalisé avec la pointe d’un plioir en os et d’une règle en rayant la cartonnette mais sans jamais la couper pour obtenir un quadrillage en relief. Sachant que les bords du trottoir sont des pierres de taille de plus grande dimension un jus très dilué d’acrylique gris est déposé sur la grille de motif puis raclé avec une chute de carton et de tissu.

dépose du jus de patine marron beige des pierres traçage des pavés au plioir

La patine rentre dans les fentes des pavés et les fait immédiatement ressortir en colorant en même temps le dessus des pavés en plus clair. Ma manœuvre se réalise en quelques secondes afin de ne pas trop foncer l’ensemble (voir le film). Un léger tampon de patine est appliqué autour des piliers représentant les marques de mousse et de dépôts de sédiments lors des différentes hauteurs du fleuve comme à Venise. Des pitons sont ajoutés sur la partie basse afin de laisser en position les points de fixation des barques. Un lierre qui a pu se développer entre les vieilles pierres est fixé avec l’agrafeuse pneumatique et agrafes de 6mm. Le lierre est trouvé dans les boutiques de décoration à l’année et dans les magasins au moment des fêtes de Noël comme chemin de table par 2 ou 3 m de long.

la colle néoprène  collage au rouleau vissage sur le pont de la Ford T des 4 jantes

Les voitures achetées dans le commerce sont décapotées et certaines repeintes comme celle à la banquette rouge. Elles sont fixées par vis sur les 4 jantes pour éviter qu’elles ne tombent et partent à chaque exposition. Quelques personnages en résine, des dames de la belle époque avec leurs toutous, sont sciés de leur socle puis fixés à la colle bi-composants. Pour la touche finale, 12 réverbères en basse tension sont achetés en boutique spécialisée. Ils sont fixés sur le pont par des prises Jack audio mâle/femelle afin d’obtenir un démontage et remontage très facile lors des expositions puisqu’il suffit simplement de connecter le réverbère comme un casque audio. Les prises femelles sont sur le pont, les réverbères, eux, ont tous la prise mâle. L’ensemble des connectiques est réalisé avec un réseau en câble de prise péritel sachant que celui-ci est en 12 Volt avec un ampérage faible et un transformateur est caché dans le pilier du pont.

perçage du socle des réverbères fil des lanternes fixation du branchement au sol les câbles

     

plan original

 

Copyright © Pierre-Yves Chavanon
Art. L. 122-4 :Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits ou ayants cause est illicite.
Art. L. 335-2 :Toute édition d'écrits, de composition musicale, de dessin, de peinture ou de toute autre production, imprimée ou gravée en entier ou en partie, au mépris des lois et règlements relatifs à la propriété des auteurs, est une contrefaçon et toute contrefaçon est un délit.
La contrefaçon en France d'ouvrages publiés en France ou à l'étranger est punie de trois ans d'emprisonnement et de 300 000 euros d'amende.
Art. L. 335-3 :Est également un délit de contrefaçon toute reproduction, représentation ou diffusion, par quelque moyen que ce soit, d'une œuvre de l'esprit en violation des droits de l'auteur, tels qu'ils sont définis et réglementés par la loi